En savoir plus sur www.parc-golfe-morbihan.bzh

Haut de page

logo damgan la roche bernard tourisme
logo golfe du morbihan vannes tourisme
logo baie de quiberon

LA SIGNALISATION EN MER

Pas facile de se repérer sur la Petite Mer ! Si on pense directement aux phares comme premiers alliés des navigateurs, il existe également d’autres repères visuels qui indiquent la route à suivre et les dangers en mer. Avez-vous déjà entendu parler des amers, des tourelles, des balises ou encore des sémaphores ?

 

Depuis l’Antiquité, les phares et les feux de signalisation permettent aux navigateurs de se repérer de nuit. Les amers, quant à eux, interviennent dans la localisation de jour. Chapelles, mégalithes ou tout autre élément naturel ou construit par l’Homme peut être considéré comme un amer dès lors qu’il se démarque dans le paysage.

Au XIXème siècle, de nouveaux ouvrages améliorent la sécurité en mer. Tandis que les balises (tourelles ou bouées) permettent d’indiquer les dangers ou directions à suivre, le sémaphore apparaît  au XIXème siècle comme une prouesse technologique dans la surveillance du domaine maritime. Grâce à son système de télécommunication, il permet l’échange d’informations entre la terre et les navires en mer.

Feu d'alignement
Kernevest, Saint-Philibert
Amer
Maison rose, Séné
Balise cardinale
Pointe du Monténo, Arzon
Sémaphore
Grand Mont, Saint-Gildas de Rhuys

de 15 mètres s’impose dans le paysage, sur son rocher à l’entrée de la rivière de Pénerf. Étonnant bâtiment cylindrique, il fait bien sûr partie de l’inventaire du patrimoine maritime bâti réalisé par l’équipe du Parc naturel régional du Golfe du Morbihan. Depuis 1997, il est d’ailleurs inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Cette carte postale est aussi incontournable que son histoire est méconnue. Non seulement la date de sa construction n’est pas connue : la tour à trois niveaux, couronnée d’un parapet, daterait du XVIe ou du XVIIe siècle. Mais même sa fonction fait débat. A-t-elle eu un rôle de signalisation ? Sa silhouette blanche est utilisée comme amer, mais elle aurait aussi pu avoir accueilli une lanterne. À moins qu’elle n’ait fait partie d’un système de défense, faisant office de tour de guet : un feu à son sommet permettant d’avertir de l’arrivée de navires ennemis… D’où son nom de Tour des Anglais ? Armée de canons, elle a même été batterie côtière à l’époque napoléonienne. À chacun de se laisser embarquer par son imagination en la contemplant…


© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/damgan-carte-postale-maritime-la-tour-des-anglais-18-06-2018- 12045387.php#qrAx74T4L2hu5zOT.99

La tour à feu de Damgan

Difficile de passer à côté de la « Tour des Anglais » à la pointe du Lenn. À quelques encablures de la côte, cet édifice

en

parle !

Le saviez-vous ?

Les premiers sémaphores ont été créés sur les côtes françaises à la demande de Napoléon Ier, au XIXème siècle.